Archives mensuelles : mars 2015

Tenir plus informé son personnel

Équipe de travail qui collabore

Je parle avec des centaines d’employés depuis des années et il y a quelque chose de commun qui revient régulièrement; le personnel veut être informé.

Le personnel veut connaître où s’en va l’entreprise!

Le personnel veut connaître ce qui se passe!

Le personnel veut connaître les changements à venir!

Le personnel veut connaître les plans!

Trop de dirigeants n’informent pas le personnel des vraies affaires.

Un peu comme si le personnel ne comprenait pas.

C’est une vieille mentalité à faire disparaître.

Surprenant de voir comment le personnel apprécie (cela vaut plusieurs dollars de l’heure pour beaucoup d’employés) être informé.

Le truc

Une réunion de 30 minutes par mois avec tout le personnel fait le travail.

Cette réunion met le contexte nécessaire pour informer en même temps le personnel.

Certains diront: nous, on est petits et on sait ce qui se passe, dès que quelque chose se passe, on est au courant.

C’est différent de faire une réunion tous ensemble.

Faites une réunion qui informe et qui donne de l’information pertinente.

Faites-la régulièrement.

C’est une réunion pour informer, pas pour discuter de ce qui ne va pas (cela doit se faire individuellement).

Que cette réunion soit courte et préparée.

Une bonne réunion fait le travail!

Assistez à notre présentation pour en apprendre plus ! 

Mieux d’avoir un «trou», un poste vacant, que d’avoir un employé qui ne cadre pas à ce poste

Non utilisée - Équipe de travail 2

 

Il y a le poste, le chapeau ET la personne qui porte le chapeau.

Il y a le chapeau «Commis d’entrepôt» et, par exemple, Marc qui porte le chapeau.

Il faut définir ce qu’on attend du chapeau.

On attend de ce chapeau certains détails, certaines actions, certains critères. Ces critères doivent être définis et élevés.

Disons que Marc réussi à combler ces critères seulement qu’à 45%.

Quoi faire?

Une seule voie, rien de moins. Tout doit être mis en œuvre pour former, coacher, entraîner Marc pour qu’il respecte à 80, 85% et plus les critères demandés par le poste.

L’erreur commune!

Garder Marc à 45% et accepter que ce soit comme cela.

Soit Marc correspond aux critères, soit vous le déplacez.

Gardez Marc à ce poste est l’erreur.

Il est préférable avoir un «trou» (un chapeau avec personne sous ce chapeau), que d’avoir une personne qui, malgré la formation, ne peut faire le travail aux standards demandés.

 Placez-vous en mode radar!

Quand il y a un trou (un chapeau sans personne pour le porter), je remarque que la direction se met sur le mode radar, regarde les opportunités et trouve la perle, en persévérant.

Garder une personne qui ne correspond PAS aux critères demandés à un poste, finit par faire en sorte que la Direction accepte des critères plus bas et c’est une erreur.

Un trou (un poste vide) est plus payant que vous ne pouvez l’imaginer.

Activez votre département du personnel.

Il y a plus de main d’œuvre qui veut que vous l’imaginez. Il ne reste qu’à la former selon les critères du chapeau.

Vous voulez aller plus loin? Assistez à notre présentation sans frais ! 

 

Le «gros bon sens» pour un, ne l’est pas nécessairement pour l’autre.

Businessman Showing Ideas to the Team

Alors que nous mettions en place quelques politiques dans une entreprise, un client me dit : «oui mais c’est le gros bon sens» en voulant dire qu’il n’était pas nécessaire de mettre l’affirmation par écrit.

Ce n’est pas parce que c’est le gros bon sens pour un, que ce le sera pour l’autre.

Pour un, c’est le gros bon sens qu’un ou une réceptionniste ne mange pas à la réception. Pourtant, pour l’employé, cela a plus ou moins d’importance de son point de vue.

C’est comme ça dans multiples cas.

Le truc

Mettre par écrit et ne jamais présumer que telle ou telle chose a nécessairement du bon sens pour les autres.

Éliminer le : «ça c’est le gros bon sens». C’est ici qu’un dirigeant passe à côté.

Si «être courtois avec les clients» a du sens pour le dirigeant, je vais faire en sorte que celui-ci mette par écrit cette règle en la décrivant quelque peu, la publie et voilà, le tour est joué.

On met par écrit ce qui a du sens et jamais, jamais, jamais présumer que cela a du sens pour les autres. Vous verrez, vous serez gagnant!

L’importance d’une bonne chimie!

Business Team in a Meeting

On voit des équipes qui ont une bonne chimie. D’autres moins.

Une équipe de hockey professionnelle avec une bonne chimie va mieux aller.

Une équipe avec de supers joueurs, mais avec moins de chimie, va connaître moins de succès.

En ce moment, le CH (le Canadien de Montréal) a une bonne chimie. Certains diront : c’est facile d’avoir de la chimie, ils gagnent.

Une bonne chimie pour avoir des résultats

En fait, la chimie n’est pas le résultat des victoires. C’est l’inverse: une bonne chimie permet d’avoir des résultats.

Avoir une bonne chimie est un ingrédient pour avoir une équipe qui gagne.

Quand la chimie est bonne, les gens ont le désir de se parler, de travailler ensemble et de créer des solutions.

Quand la chimie est mauvaise, les gens sont moins productifs et moins créatifs ensemble.

 

Attention à ceux ou celles qui détruisent le climat, la chimie, au sein de l’équipe.

Lorsque la chimie se dégrade, je trouve une personne dans l’équipe qui s’amuse à répandre des choses fausses, étranges et bizarres sur les collègues, la direction ou sur quoi que ce soit.

Chaque employé, chaque superviseur, a la responsabilité d’aviser une personne qui bavarde sur ceci ou cela, de régler ses différends avec la personne concernée et d’arrêter de faire ce qu’elle fait, pour le bénéfice de chacun et de l’entreprise.

Les cadres, les superviseurs doivent être vigilants et avoir le courage d’aviser ces gens.

 

Un truc infaillible

Ceci demande un peu d’habileté, mais une fois qu’on apprend à le faire, c’est très efficace.

Allez à la recherche de ce qui préoccupe le personnel. Faites un sondage par écrit et intéressez-vous à chercher et trouver des choses avec lesquelles un employé n’est pas d’accord, n’est pas à l’aise.

Vous serez surpris; un objectif, une nouvelle politique, une nouvelle tâche….

Prenez soin de demander, en toute sincérité, en utilisant un sondage par écrit, les points avec lesquels un employé n’est pas totalement d’accord ou pas complètement à l’aise.

Ces points sont la source d’une dégradation de la chimie.

Une fois découverts, une simple explication peut parfois suffire à rétablir le tout, faire disparaître le malaise et recréer une chimie. VIVE LA COMMUNICATION!