Archives mensuelles : février 2015

Mon expérience personnelle avec du personnel « chialeux ».

 

Male hand walking on frayed rope towards solution

Au sein de bien des entreprises, on retrouve régulièrement au moins un employé étiqueté de « chialeux ». Un « chialeux », c’est une personne qui a des choses à critiquer et à redire. Elle ne se gêne pas pour laisser savoir à qui veut bien l’entendre ce qui ne va pas selon elle au boulot.

Lorsque je travaille avec un chef d’entreprise pour améliorer le fonctionnement d’une entreprise, le soi-disant « chialeux » est une source très riche d’informations en ce qui concerne des trucs à améliorer ou à corriger pour le bien de l’entreprise.

UN « CHIALEUX » UTILE

Si vous écoutez attentivement le « chialeux », avec l’intention d’améliorer les problèmes de l’entreprise pour qu’elle fonctionne mieux, vous découvrirez des choses très intéressantes.

Si jamais en écoutant un « chialeux » vous n’apprenez rien d’utile (ce qui, de mémoire, ne m’est jamais arrivé cependant); si ce que le « chialeux » vous rapporte n’est d’aucune utilité; par exemple, il se plaint uniquement d’un collègue (« Je n’aime pas cette personne; elle m’énerve »); vous pourrez profiter tout de même de cette rencontre pour demander à ce « chialeux » d’arrêter de critiquer sans raison et de polluer le climat au travail. Vous pourrez également monter un dossier à son sujet, au besoin.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire, c’est simplement l’étiqueter de « chialeux », ne rien faire, et lui répéter sans cesse d’arrêter de chialer.

CE QU’IL FAUT FAIRE

  • Retirer l’étiquette. Évidemment, ce n’est pas toujours simple à faire. Au lieu de considérer cet employé comme un « chialeux », voyez-le comme une personne qui a des choses à dire pour améliorer l’entreprise.
  • Dès les premières minutes de votre entretien, informez l’employé, avec sincérité, que vous désirez sa collaboration pour améliorer les choses dans l’entreprise. Il sera sans doute étonné. Vous constaterez qu’il y a longtemps que quelqu’un s’est ainsi intéressé à ses propos.
  • Crayon et papier à la main, notez ce qu’il dit – cela va même tempérer ses propos.
  • Trouvez ce quelque chose dans ce qu’il vous rapporte que vous pouvez améliorer. Laissez ses commentaires ou ses jugements qui ne servent à rien de bon de côté, et trouvez la vraie situation problématique qu’il vous rapporte.
  • Remerciez-le de vous en avoir parlé.
  • Faites ce qu’il faut pour améliorer quelque chose concernant ce qu’il a dit. Même s’il s’agit d’un simple détail, faites-le.

Bien que certains risquent fort de penser qu’agir de la sorte va encourager le « chialeux » à chialer davantage ; c’est en fait l’inverse qui est vrai. Au contraire, le « chialeux » finira par moins chialer, surtout si par la suite il constate que quelque chose a été fait pour régler la situation et qu’une structure est en place pour faire en sorte que les choses s’améliorent réellement.

ATTENTION, UN BON INDICE

Une personne qui chiale est un indice qu’il y a des choses à améliorer. Trouvez-les et améliorez les choses. Ne tombez pas dans le piège de croire qu’il n’y a rien à retirer de ces propos chialeux.

Ne demandez pas au « chialeux » : «Pourquoi es-tu toujours en train de chialer?» C’EST ABSOLUMENT INUTILE! Cette question ne vous mènera nulle part.

LA BONNE QUESTION

Demandez-lui simplement s’il y a quelque chose que nous pourrions améliorer dans cette entreprise pour que les choses fonctionnent mieux. »

Faites la part des choses et prenez des notes.

Ensuite, occupez-vous d’améliorer les choses.

Si vous souhaitez en faire l’expérience, vous pouvez toujours nous contacter; nous le ferons avec vous, selon les règles de l’art.

Qu’y a-t-il derrière le chaos, l’épuisement et la surcharge?

Uomo in ufficio disperato

Un manque d’organisation, de structure!

 Bien organisée, une PME est en bien meilleure position!

C’est proportionnel!

Un haut niveau d’organisation, tout devient plus facile!

Le niveau d’organisation baisse, les choses se compliquent et l’entreprise déraille!

L’erreur de base; penser être organisé!

Vous pensez que parce qu’une entreprise est grande, elle est «organisée»?

C’est l’erreur de base de toutes ces grandes entreprises; penser être «organisée».

Ce n’est pas un absolu. Vous pourriez accroître de quelques degrés le niveau d’organisation au sein de cette grande entreprise.

Vous pourriez alors observer un changement sur l’efficacité, la vitesse, le moral du personnel, la stabilité de celui-ci et les profits.

Bien organisée, une PME a un avenir brillant!

Bien organisée, une PME a de l’avenir, un avenir brillant!

Alors que dans la confusion, elle est condamnée! Un jour ou l’autre, son propriétaire et ses dirigeants vont se fatiguer de diriger une telle entreprise.

Une entreprise qui manque d’organisation est sujet à vivre des conflits internes, le personnel fera des choses en double, il y aura des choses pas faites, le service va se dégrader, le volume des affaires sera affecté et cette entreprise sera vulnérable en période de crise.

Par où commencer ?

Mettre en place une structure !

Mettre en place un «Tableau d’organisation» qui spécifie exactement QUI fait QUOI, QUI est responsable de QUOI. Ça commence comme cela !

 

Encadrer un nouvel employé au lieu de le juger trop vite!

lächelnde geschäftsfrau schaut über aktenordner

Tous les chefs d’entreprise le savent, bâtir une équipe de hockey en recherchant et en espérant avoir que des «Crosby» est une mentalité vouée à l’échec.

Développer l’habileté à engager une personne qui veut, qui respecte les valeurs de l’entreprise en premier lieu, avant la compétence et l’expérience est un système de plus en plus utilisé dans les entreprises.

UNE CONDITION existe pour que cela fonctionne; avoir des postes, des chapeaux bien décrits et un encadrement à la hauteur.

OFFREZ UN CHAPEAU COMPLET ET BIEN MONTÉ À VOTRE RECRUE

Un chapeau est un manuel, un cartable, contenant les informations essentielles concernant un poste permettant au porteur de ce chapeau de pouvoir bien le porter.
Lorsque vous engagez un nouvel employé, remettez-lui un chapeau complet. Cela prend quelques heures à monter un chapeau complet lorsqu’on sait s’y prendre. Quelques heures très bien investies pour voir rapidement, en quelques semaines, le vrai potentiel d’un nouvel employé.

Avec un chapeau bien monté, vous permettez à la recrue d’étudier et d’apprendre les bases d’un poste.

Vous engagez un ou une réceptionniste, compilez et remettez-lui un chapeau complet. Que la recrue l’étudie et prenez soin de vérifier sa compréhension.

NE PRÉSUMEZ PAS QUE LA RECRUE SAIT, VOUS FERIEZ UNE ERREUR COÛTEUSE.

Ensuite vient l’apprentissage sur le tas, accompagné par un «parrain». Il s’agit de continuer soi-même à faire le travail, alors que la recrue assiste, suit et accompagne le «parrain». Cette étape va permettre à la recrue de se familiariser avec les tâches du chapeau, les différentes situations et les valeurs reliées au poste en question.

NE LAISSEZ PAS ALLER LA RECRUE PAR ELLE-MÊME TANT ET AUSSI LONGTEMPS QU’ELLE NE DÉMONTRE PAS UNE CAPACITÉ À FAIRE LE TRAVAIL

Il s’agit d’être créatif et de regarder comment cela pourrait s’appliquer. Si vous pensez économiser en omettant cette étape parce qu’elle semble compliquée ou je ne sais quoi, vous payerez le prix plus tard.

Les meilleures entreprises ont un système de formation de base avec de bons chapeaux accompagné d’un système d’apprentissage sur le tas, le temps nécessaire que la recrue soit en confiance et occupe le poste de manière efficace.